Reconnaître facilement une copie de meuble Napoléon III

Reconnaître une copie de meuble Napoléon 3

 

Les meubles Napoléon III ont été beaucoup copiés, avec plus ou moins de succès, au fil des années.

Difficiles à copier, car riches en marqueteries et en bronzes, on comprend facilement que pour les copieurs contemporains, qui cherchent à limiter les coûts de fabrication, ce sont sur ces deux critères que les différences vont porter.

 

On peut distinguer les copies « anciennes », comme les fabrications dites « du faubourg », dans les années comprises entre 1920 et 1960, qui sont généralement des copies de bonnes qualités, car les bronzes sont plutôt bien ciselés, et les bois paraissent anciens. Elles sont plus difficiles à détecter, il faudra regarder le montage des tiroirs, les placages utilisés, l’absence de traces d’outils anciens, la gravure des marqueteries.

 

Concernant le plus gros du marché de la copie, on retrouve des meubles faciles à identifier comme tels. Les copies viennent principalement d’Egypte, des pays asiatiques, de quelques pays de l’Est et d’Italie.

Voici les points importants qui devraient vous permettre de ne pas faire d’erreur.

 

1/ Les bronzes

Les bronzes Napoléon III d’époque sont lourds, épais, la ciselure est fine et ils comportent beaucoup de reliefs. Les visages sont bien dessinés, fins, assez raffinés.

Sur les copies, les bronzes sont plats, sans relief, les ciselures sont grossières, les visages sont peu raffinés, voire moches, la dorure est terne, presque blanche. Ce sont souvent des alliages plutôt que des bronzes purs.

Les copieurs ne peuvent pas se permettre de poser des bronzes de qualité sur les copies car ces derniers coûtent très cher, alors ils posent sur le meuble des pseudos bronzes de basse qualité.

Classique des meubles copiés…bronzes sans relief, aucun filet de laiton, aucune gravure des parties métalliques, fausse écaille uniforme…

 

2/ Les filets de laiton

Presque toujours, les meubles Napoléon III sont marquetés de filets de laiton. Les copies en comportent rarement, car cette technique de marqueterie est longue et couteuse, et les copieurs ne peuvent se permettre cette dépense. Attention, certains poussent le vice jusqu’à faire des filets fictifs, généralement peint avec une peinture dorée, qui peuvent donner l’illusion de vrais filets. Il faudra alors regarder de près…

Un exemple concret avec le meuble ci-dessous, copie contemporaine, et dépourvu de filets de laiton.

 

3/ Les tiroirs sur les meubles d’appui

Pour des raisons pratiques, les copies de meuble d’appui sont presque toujours équipées d’un tiroir dans la partie haute. Or, pratiquement aucun meuble d’appui d’époque Napoléon III ne comportait de tiroir. Exemple encore avec ce meuble qui en comporte un, orné de deux boutons modernes qui ne font pas beaucoup illusion…

 

4/ La gravure des pièces de laiton.

Sur les meubles Napoléon III, la grande majorité des pièces de laiton sont gravées à l’intérieur. Cela donne un relief supplémentaire à la marqueterie. Sur les copies, les pièces de laiton sont vierges de toute gravure, encore une fois pour éviter le cout important que la gravure constitue. Certaines copies Italiennes habiles, « salissent  » volontairement les marqueteries de laiton pour que l’on pense qu’elles sont anciennes…

Vous constaterez sur le meuble ci dessus, qu’aucune pièce de laiton n’est gravée…

 

5/ L’écaille de tortue

Sur les copies, on ne retrouvera évidemment jamais d’écaille, pour des raisons de coût bien entendu. On trouvera de la peinture à l’imitation de l’écaille, de la résine, ou tout matériaux similaires.

Regardez de près, vous apercevrez soit des tâches répétitives et symétriques, soit une sorte de motif que l’on retrouve à plusieurs endroits, aucune craquelure, aucune imperfection, une impression de « trop parfait » que l’on ne retrouvera jamais sur de l’écaille ancienne, même restaurée.

 

Et plein d’autres petits détails (regardez le fond du meuble, le bois est souvent récent et de qualité médiocre, regardez le dessous, idem), le marbre récent (facile à voir dessous), etc…

 

En résumé :

L’achat d’une copie est un choix. Sachez que dans le temps, la copie se dégradera parfois très vite (j’ai vu des copies qui perdaient leurs placages au bout de 3 ou 4 ans), que l’effet visuel est très loin d’un vrai meuble d’époque, que la valeur du meuble est quasi nulle à la revente, ce qui est d’autant plus embêtant que certaines copies sont très chères. J’ai vu sur certains sites marchands, des copies de meubles d’appui se vendre plus de 1000 euros, alors que dans ces prix ou en rajoutant quelques centaines d’euros, on peut trouver des meubles d’époque certes non restaurés, mais dans un état correct, qui eux ne perdront pas un centime avec l’âge, bien au contraire.

 

Dans tous les cas, l’achat d’un meuble d’époque est toujours préférable, sauf si une copie est proposée à un prix très très inférieur et que votre budget ne permet pas l’acquisition d’une pièce authentique.

 

N’hésitez pas à nous envoyer des photos si vous doutez, nous vous éclairerons volontiers pour vous éviter de faire une erreur couteuse…

Les commentaires sont fermés