Ebénistes sous Napoléon III

Un guide pour vous donner quelques éléments sur les plus grandes signatures du XIX ème siècle en ce qui concerne les caves à liqueur, les boites, coffrets et autres objets de vitrine.
Non exhaustif, il sera complété au fil du temps, nous comptons mettre en ligne les références d’une cinquantaine d’ébénistes dans les 3 mois qui viennent. Nous pouvons également vous renseigner sur certains qui ne figureraient pas dans cette nomenclature, ayant beaucoup d’informations sur le sujet, il suffit de nous envoyer un mail.

Claudious Abry (1885 – 1972), menuisier, charpentier et ébéniste. Un musée est consacré à son œuvre.

Rose Adler (1892-1969), relieuse et ébéniste.

Jacques Adnet (1900-1984), décorateur et architecte.

ANNEE, Théodore.

Ce bon ébéniste de la seconde moitié du XIX ème était spécialisé dans les nécessaires de toilette, les petites boites, coffrets, caves à liqueur, coffres de mariages et petits meubles d’agrément. Il présenta de nombreuses créations à l’exposition de l’industrie française de 1844, pour lesquelles il obtint une médaille de bronze. Sa maison avait très bonne réputation. Il excellait dans les enchâssements de laiton, de cuivre, et d’écaille de tortue. Il reprit en 1856 la maison CHABERT, au 22 de la rue Chapon, et exerça jusqu’en 1863. Parmi ses spécialités, des marqueteries très complexes et difficiles à réaliser, avec de fines gravures en quadrillages.

André Arbus (1903-1969), architecte et décorateur.

Jean Avisse (1723-1796), menuisier en sièges.

Étienne Avril (1748?-1796), ébéniste.

Ferdinand Barbedienne (1810-1892), bronzier et ébéniste

Charles Baudry (1791-1859), ébéniste

Joseph Baumhauer ( -1772), marchand ébéniste privilégié du Roi

Famille Befort (ou Béfort), dont :

Jean-Baptiste Befort (mort en 1840), ébéniste français d’origine belge

Jean-Baptiste Befort fils, fils aîné du précédent, ébéniste et antiquaire (successeur : Heubès)

Mathieu Befort, dit Befort le jeune (1813-1880), frère du précédent, ébéniste

Famille Bellangé, dont :

Pierre-Antoine Bellangé (1757-1827), ébéniste fournisseurs attitrés de Napoléon 1er puis de Charles X

Louis-François Bellangé (1759-1827), ébéniste français, frère du précédent

Louis-Alexandre Bellangé (1796-1861), ébéniste français, fils de Pierre-Antoine

Alexandre Bellangé (1799-1863), ébéniste français, fils de Louis-François

Guillaume Beneman (?-1803), ébéniste (Me 1785)

Quentin Bergot (depuis 1968), ébéniste emeritus et sculpteur sur bois

Isidore Bernhart (1898-1976), ébéniste et pataphysicien. (V. André Mailfert)

Georges Berthelot (1922) – Sculpteur sur bois

Famille Beurdeley, dont :

Louis-Auguste-Alfred Beurdeley (1802-1882), ébéniste et marqueteur

Alfred Emmanuel Louis Beurdeley (1847-1919), ébéniste et marqueteur

Léonard Boudin (1735-1807) ébéniste, marqueteur et marchand

André-Charles Boulle (16421732), ébéniste et marqueteur, quatre de ses fils poursuivirent son œuvre :

Jean-Philippe Boulle (~16801744)

Pierre-Benoît Boulle (~16831741)

André-Charles Boulle II dit « Boulle de Sève » (16851745)

Charles-Joseph Boulle (16881745)

Denis Bruyère (1957), ébéniste et sculpteur ornemaniste belge, conservateur-restaurateur de meubles de grand patrimoine

Carlo Bugatti (1856-1940) ébéniste et décorateur italien

Canabas (de son vrai nom Joseph Gengenbach) (1712-1797), Me 1766 (XVIIIe siècle), ébéniste et marqueteur

François-Rupert Carabin (1862- 1932), sculpteur et ornemaniste

Martin Carlin (vers 1730-1785), ébéniste et marqueteur

Alfred Chanaux (1887-1965), dessinateur

Pierre Chareau (1883-1950), architecte et décorateur

Marcel Coard (1889-1975), ébéniste

Jean-Joseph Chapuis (1765-1864), ébéniste, disciple de Jacob

Henri Cler (18621910), ébéniste anarchiste du Faubourg Saint-Antoine

Michel Colomban (né en 1932)

Les « Couleru » de Montbéliard menuisiers et ébénistes

Abraham-Nicolas Couleru (1717-1812)

Pierre-Nicolas Couleru (1735-1824)

Marc-David Couleru (1732-1804)

Georges-David Couleru (1761-1845)

Charles Cressent (1685-1768), ébéniste

Louis Cresson II

Famille Criaerd, menuisiers et ébénistes

André Criaerd

Mathieu Criaerd (1689-1776), frère du précédent

Antoine-Mathieu Criaerd, fils du précédent

Famille Cruchet (vers 1724-1787)

Michel-Victor Cruchet (1815-1899)

Claude-Philippe Cruchet (1841-après 1900)]

Henry Dasson (1825-1896), ébéniste et bronzier

Louis Delanois (1731-1792), menuisier en sièges

Jean-Baptiste Demay (1759-1848), menuisier en sièges

Jacob Desmalter voir François-Honoré Jacob (1770-1841), ébéniste

Charles-Guillaume Diehl (1855-1885), ébéniste

DIEHL, Charles guillaume.

D’abord menuisier à Steinbach, grand duché de Hesse. né le 20 juillet 1811. Installé à Paris en 1840. Ses ateliers furent 3 rue de Thorigny, puis 170 rue St Martin, puis enfin rue Michel le Compte, successivement au 16, 21 et 19 entre 1853 et 1885. Il employait 600 ouvriers en 1870. L’adresse du 19 était la plus belle, celle ou il obtint le succès international qu’il méritait. Médaille de bronze en 1855, médaille d’honneur en 1869, classé hors concours en 1878 ! son chef ébéniste, Kowallewski, était le meilleur ébéniste du moment. Spécialisé dans les meubles de luxe destinés aux plus riches, il avait un talent particulier dans le dessin des marqueteries, créant ainsi un style imité par beaucoup, mais avec moins de finesse. Naturalisé français en 1872, il mourut en 1885. Le plus surprenant de tous, avec des marqueteries d’une complexité hallucinante.

Jacques Androuet du Cerceau (1510-1588), architecte

Famille Dubois, ébénistes, dont :

Jacques Dubois (1693-1763), ébéniste

René Dubois (1737-1799), ébéniste

Jean Dunand (1877-1942), dinandier et laqueur

Famille Durand, fournisseur du Mobilier de la Couronne sous la monarchie de Juillet dont :

Prosper-Guillaume-Jean Durand (1784-1859), ébéniste et menuisier, actif de 1810 (environ) à 1838

Etienne-Philippe Durand (1813-1894), fils du précédent, ébéniste, menuisier et tapissier, actif de 1838 à 1860

Jean Pierre Dusautoy (1719-1800), ébéniste

Thomas Elfe (17191775), architecte d’intérieur pendant l’époque coloniale de l’Amérique.

Jean-Charles Ellaume, (parfois dit Allaume) ébéniste français, est reçu maître le 6 novembre 1754. Son atelier se trouvait rue Traversière, dans le faubourg Saint-Antoine, à Paris.

Georges de Feure (1868-1943), décorateur

Famille Foliot (XVIIIe siècle), ébénistes et menuisiers, dont :

Nicolas-Quinibert Foliot (1706-1776), ébéniste

Toussaint Foliot (1715-1798), ébéniste

François II Foliot (1748-1808), ébéniste

Paul Follot (1877-1941), ébéniste

Famille Fourdinois, dont :

Alexandre-Georges Fourdinois (1799-1871), sculpteur et tapisiser

Henri-Auguste Fourdinois (1830-1907), sculpteur et tapissier

Philippe Fluchaire, menuisier et ébéniste d’art

Émile Gallé (1846-1904), décorateur verrier, sculpteur, marqueteur

Eugène Gaillard (1862-1933), décorateur

Pierre Garnier (ébéniste) (1726/1727-1806), ébéniste marqueteur

Antoine Gaudreaux (1680- 1751), ébéniste

Georges Gay (fin du XVIIIe siècle), ébéniste

Famille Giroux, tablettiers et ébénistes, dont

Alphonse Giroux (XIXe siècle), tablettier et ébéniste

GIROUX, Alphonse.

Célèbre magasin de tabletterie et d’ébénisterie situé au 7, rue du coq Saint-honoré, à Paris. L’activité de ce magasin crée par François-Simon-Alphonse GIROUX rayonna du consulat à la fin du second empire, avec le père puis le fils. L’atelier d’ébénisterie commença en 1799, le père mourut en 1849 et laissa ses deux fils diriger les ateliers et le magasin. Leur spécialité était la fabricant de petit mobilier très haut de gamme pour la bourgeoisie et la noblesse. C’est dans sa boutique que Charles X et Louis XVIII choisirent les étrennes des jeunes princes : la princesse Louise et le duc de Bordeaux. Alphonse GIROUX remporta de nombreux prix nationaux et internationaux, dont une médaille d’argent à l’exposition de 1834, et devint dans la seconde moitié du XIX ème siècle, une vraie référence pour les boites, coffrets divers et variés et petits meubles d’agrément ou d’écriture. Une signature cotée, une vraie valeur sûre.

Famille Gourdin (XVIIIe siècle), menuisiers en sièges

Frères Grohé de 1830 à 1884, ébénistes (Guillaume et Jean-Michel)

GROHE, Guillaume.

Une des très grandes signatures de l’époque. Né le 9 février 1808 dans le grand duché de Hesse, fils de cultivateur. Il s’établit à PARIS en 1827 avec son frère, et débuta comme ouvrier ébéniste. Les 2 frères créèrent une affaire en1829, et se firent remarquer à l’exposition de l’industrie française de 1834. Leurs affaires connurent alors un rapide développement. Ils s’installèrent rue de Grenelle, puis 30 rue de Varenne en 1841, puis au 88 en 1855, et 7 avenue de Villars de 1861 à 1884. Sous cette dernière adresse, la maison pris la raison sociale de GROHE frères. Leur réussite fut considérable, car Guillaume était excessivement talentueux. Il obtint la légion d’honneur en 1849. Il acquit en quelques années une très brillante réputation, et se spécialisa dans le meuble de style. Il fut fournisseur du roi Louis Philippe, de nombreux princes et princesses, de l’empereur Napoléon III et de l’impératrice Eugénie. Après 1862, il devint même fournisseur de la reine d’Angleterre. Le duc d’Aumale lui confia l’ameublement de Chantilly, et Mme Pelouze celui de Chenonceau. Il fut à la fois un grand industriel et l’un des plus grands artistes de son temps, digne continuateur de Boulle, Gouthière ou Riesener. Un véritable grand maitre de l’ébénisterie artistique, une carrière de cinquante années, il a rempli nos musées, nos palais, nos châteaux, de chefs d’œuvre incomparables. Son influence fut grande sur le grand art industriel, il assura la prépondérance du gout français dans l’ameublement de luxe. Il participa et brilla à de très nombreuses expositions universelles, et en devint même vice-président et jury. il est un des maitres incontesté de l’ébénisterie moderne et se plaça hors concours. Un très grand nom.

André Groult (1884-1966), décorateur et dessinateur de meubles

Hector Guimard (1867-1942), architecte et décorateur

Jules Guiguet (1861-1912), ébéniste et sculpteur sur bois qui travailla à Grenoble

Famille Hache (XVIIIe siècle), ébénistes

René Herbst (1891-1982), architecte et décorateur

François-Joseph-Hubert Heubès (né vers 1826-mort après 1894), ébéniste et antiquaire parisien, successeur de Befort (voir à ce nom) et père de Charles Heubès

Nicolas Heurtaut (XVIIIe siècle), menuisier en sièges

Manufacture Heywood Wakefield, menuisiers en sièges et sculpteur

Paul Iribe (1883-1935), dessinateur, décorateur, journaliste et caricaturiste

Famille Jacob, menuisiers et ébénistes depuis le roi Louis XV à la Restauration, dont

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges

Georges Jacob Fils (1768-1803), menuisier en sièges

François-Honoré Jacob ou Jacob Desmalter (1770-1841), menuisier et ébéniste

Georges-Alphonse Jacob-Desmalter (1799-1870), menuisier et ébéniste

Arne Jacobsen (1902-1971), designer

Michel Jansen (XIXe siècle), ébéniste

Charles-Édouard Jeanneret dit Le Corbusier (1887-1965), architecte

Famille Jeanselme de 1824 à la fin du XIXe siècle, ébénistes, successeurs de la famille Jacob en à partir 1847.

Charles Jeanselme (1856-1930)

Francis Jourdain (1876- 1958), architecte d’intérieur

Jean Guillaume Limouza, célèbre menuisier et ébéniste Lyonnais

Othon Kolping (1775- 1853), menuisier et ébéniste entre 1800 et 1848

Antoine Krieger (1800-1860)

« Lacroix » voir Roger Vandercruse, (1728-1799), ébéniste

Famille Leleu, dont :

Jean-François Leleu (1729-1807), maître ébéniste à Paris en 1764

Jules Leleu (1883-1961), ébéniste et décorateur

André Leleu (XXe siècle), ébéniste et décorateur

Famille Lemarchand, entre 1790 et 1850, ébénistes dont:

Charles-Joseph Lemarchand, (1759-1826), ébéniste ;

Louis-Édouard Lemarchand, (1795-1872), fils du précédent, ébéniste ;

Étienne Levasseur (1721- 1798), ébéniste

Édouard Lièvre (1828-1886), dessinateur et ornementiste

François Linke (1855-1946), ébéniste entre 1880 à 1918

Guillaume-Edmond Lexcellent (1834- ?), ébéniste

Giuseppe Maggiolini (1738-1814), ébéniste italien

André Mailfert

Louis Majorelle Louis (1859-1926), ébéniste et décorateur

Robert Mallet-Stevens (1886-1945), architecte d’intérieur

André Mare (1885-1932), ébéniste

Nicolas Louis Mariette Maître menuisier ébéniste en 1770

Famille Mansion XVIIIe siècle, menuisiers et ébénistes au faubourg Saint-Antoine à Paris, dont :

Antoine Mansion (1716-1783)

Simon Mansion (1741-1805), ébéniste, fils du précédent, et dont les 4 fils furent également ébénistes:

Antoine Simon Mansion (1764-1835), reçu maître ébéniste en 1786, fournisseur du Garde-meuble Impérial

Antoine Simon Mansion (1777-1855)

Simon Nicolas Mansion (1773-1854) dit Mansion Jeune, ébéniste, il fut également sculpteur.

Jean Laurent Mansion (1776-1824), fournisseur du Garde-meuble Impérial.

André Mare (1885-1932), ébéniste

Conrad Mauter (1742-1810) Maitre Ebéniste fournisseur du Comte d’Artois

Jean-Paul Mazaroz, sculpteur et ébéniste (seconde moitié du XIXe siècle)

Claude Mercier (1802-1880), ébéniste faubourg Saint-Antoine

Famille Migeon, tous prénommés Pierre, XVIIIe siècle, menuisiers et ébénistes :

Pierre Migeon I, ébéniste,

Pierre Migeon II (av. 1637-vers 1677), ébéniste.

Pierre Migeon III (1665-1717), ébéniste.

Pierre Migeon IV (1696-1758), ébéniste notamment fournisseur de la marquise de Pompadour.

Pierre Migeon V (1733-1775), ébéniste.

Bernard Molitor (1755-1833), ébéniste

Philippe-Claude Montigny ( 1734-1800), ébéniste

Famille Monbro, entre 1830 et 1870, ébénistes, restaurateurs et antiquaires

Louis Moreau, Maitre ébéniste en 1764

Famille Nadal, dont :

Jean Nadal dit « Nadal l’aîné », XVIIIe siècle, ébéniste

Jean-René Nadal (1733-1783), ébéniste

Nivert, (XVIIIe siècle), ébéniste

Jean-François Oeben (1720-1763), ébéniste

Gilles-Marie Oppenordt (1672-1742), ébéniste

Louis Peridiez (1731-1795) ébéniste

Nicolas Petit (1732-1791), ébéniste

Pinard, milieu du XIXe siècle, ébéniste entre 1848 et 1853

Philippe-Joseph Pluvinet, (Louis XV, XVIIIe siècle), menuisier en sièges

Pommier, sous le Consulat et l’Empire, ébéniste

Jean Popsel (1720 – 1785) reçu Maître en 1755, ébéniste

Félix Rémond (1779-1860 ?), ébéniste

Riboullier

Jean-Henri Riesener (1734-1806), ébéniste

Laurent Rochette (1723-?), ébéniste

David Roentgen (1743-1809), ébéniste

André-Jacob Roubo (1739-1791), ébéniste

Clément Rousseau (1872-1950), sculpteur et dessinateur

Pierre Roussel (1723-1782), ébéniste et marqueteur

Hubert Roux (1731-1805), ébéniste

Jean-Baptiste Roux (1764-1836), ébéniste, fils du précédent. Gendre de l’ébéniste Simon Mansion

François Rubestuck (1722-1785), ébéniste

Jacques-Émile Ruhlmann (1879-1933), décorateur et dessinateur

Famille Sambin, dont :

Hugues Sambin (1515-1602), architecte et sculpteur

François Sambin (XVIIe siècle), menuisier, fils du précédent

Claude-Charles Saunier (1735-1807), ébéniste

Auguste-Hippolyte Sauvrezy (1815-1854)

Sellier (1806-1830), ébéniste et menuisier en sièges

Claude Séné (1724-?), ébéniste et menuisier en sièges

Jean-Baptiste Séné, ébéniste et menuisier en sièges

Paul Sormani (1817-1877), ébéniste

Louis Soubrier

Joseph Stockel fin du XVIIIe siècle, ébéniste

Louis Süe (1875-1968), ébéniste

Jean-Pierre Tahan (1813-70)

SORMANI, Paul.

Né a Canzo en venitie, le 25 octobre 1817. Un des plus expert dans les marqueteries de bois fruitiers. Selon certains, le plus génial de tous. Spécialisé dans les petits objets précieux, mais aussi capable de réaliser des meubles d’appui, des consoles, des commodes exceptionnelles. Sa première adresse était au 7 cimetière saint Nicolas, puis au 114 rue du temple. C’est celle-ci qui s’avère être la plus prestigieuse. La maison y prit une grande expansion, avec une spécialisation dans les meubles de style Louis XV et Louis XVI. L’affaire est ensuite transférée au 10 rue Charlot, en 1867, car elle compte alors 150 ouvriers. Sormani exerça jusqu’à sa mort, survenue en 1877. en 1849, il obtint une médaille de Bronze, puis une médaille de première classe en 1855 à l’exposition universelle, puis le deuxième prix à Londres en 1862.

Guillaume Thirion (1995-…) Menuisier Ebéniste

Jean-François Thuillier (reçu Maître en 1752), ébéniste

Famille Tilliard, XVIIIe siècle, menuisiers en sièges

Charles Topino (1725-1789 ?), ébéniste et marqueteur

Eugène Vallin (18561922), ébéniste

Bernard Van Riesenburgh, (1700-1760), ébéniste, fils de Bernard Van Risamburgh

Bernard Van Risamburgh (1670-1738)

Roger Vandercruse dit « Lacroix » (1728-1799), ébéniste et marqueteur

Vervelle (1838-1893) grand ébéniste du second empire

VERVELLE, Alexandre-Louis.

Né en 1800 à PARIS et décédé en 1856. Un des bons ébénistes de cette époque. La maison Vervelle fut fondée par son père, Jean-François, en 1804. Sa spécialité était les petits meubles et les boites et coffrets les plus divers, les tapisseries (son premier métier était tapissier).Sa première affaire était au 1, rue Neuve Montmorency, puis au 11 et au 14 rue Feydeau en 1825. Il compta en 1840 près d’une centaine d’ouvriers. Il réalisa alors des meubles de fantaisie, des corbeilles de mariage, des caves à liqueur, des trousses et nécessaires de voyage. En 1830, il publia le bulletin du magasin des nouveautés, contenant la nomenclature de tous les petits objets qu’il fabriquait. La maison VERVELLE était alors solidement établie, elle savait fabriquer des objets de grande qualité à des prix raisonnables. Entre ses mains, l’ébène, l’écaille, le bois de rose, le palissandre, se plient aux formes les plus capricieuses et les plus originales. Le cuivre, l’ivoire, la nacre, s’incrustent en dessins du plus heureux effet. Il participa aux expositions de 1827, 1844 et 1855, ou il remporta des prix honorifiques. Une signature de qualité, surtout après 1835.

Gabriel Viardot (1830-1906)

Luc Volpe (1920-2013), ébéniste et marqueteur Rue de Candie (Paris)

Claude Wagner ou Wagener, (1775-1832), ébéniste et vernisseur

Famille Wassmus ou Weissmusc, XIXe siècle, ébénistes, dont :

Henri-Léonard Wassmus, XIXe siècle, dessinateur et ébéniste

Hans Wegner (XXe siècle), designer

Adam Weisweiler (1744-1820), ébéniste

Jean-Jacques Werner (1791-1849), ébéniste

Charles Winckelsen (1812-1871)

Zwiener, fin du XIXe siècle, ébéniste

Les commentaires sont fermés